5 conseils pratiques pour faire face à l’énurésie

Lutte anti-tabac

Selon une étude réalisée par l’OMS, le tabac est la première cause de mortalité évitable. Chaque année, 5 millions de personnes en est victime. Si des actions ne sont pas menées, le tabac pourrait tuer près de 8 millions de personnes en 2030. Aujourd’hui, la lutte anti-tabac est alors au cœur des priorités. Elle comporte des enjeux que tous les concernés se doivent de connaitre.

Une consommation tabac couteuse pour l’Etat et les familles

Obtenir un numéro psychologue à Woluwe Saint Lambert pourrait aider les fumeurs à arrêter. Mais pour ceux qui hésitent encore, il convient de leur parler des enjeux de la lutte anti-tabac. Il faut savoir que le coût de consommation de tabac pèse lourd sur le budget familial. Il est source d’une énorme charge de morbidité et de souffrance. Sur le plan national, c’est l’économie qui en est victime. A cause d’une forte consommation, l’Etat est obligé d’augmenter les dépenses xde santé. En même temps, la productivité baisse considérablement.

Des actions étatiques menées

Avec les actions menées, il est aujourd’hui plus facile réduire le coût économique du tabac. L’Etat peut prendre des mesures sanitaires adéquates sans affecter le budget public. Pour cause, des politiques de réduction de la demande ont été mises en place. Les taxes des tabacs connaissent par exemple une hausse. L’Etat français a également commencé à interdire toute publicité concernant le tabac. D’ailleurs, des mesures ont été prises pour interdire de fumer dans les lieux publics. Ces mesures ont tout même eu un impact positif sur la lutte anti-tabac. Néanmoins, elles ne sont pas suffisantes et devront être complétées par d’autres actions.

Des enjeux économiques dans la lutte anti-tabac

La lutte anti-tabac ne comporte pas que des revers positifs. Pour certains gouvernements, elle est assez inquiétante. En effet, la campagne pourrait avoir des conséquences négatives sur les recettes fiscales. L’augmentation des taxes réduit la demande et la consommation. En parallèle, les activités illicites liées à la vente de tabac se développent.

Outre le revers fiscal, la lutte anti-tabac entraine également une réduction de l’emploi dans le secteur. Les entreprises sont appelées à réduire leur fabrication, et donc à remercier certains salariés. Dans les champs, les agriculteurs doivent réduire leur production puisque les demandes ne sont plus aussi importantes.

Chez les fumeurs, la politique de lutte anti-tabac entraîne un appauvrissement. Puisqu’ils ne peuvent pas s’en passer, ils doivent par exemple affecter le budget de l’alimentation au tabac. Ils sont obligés d’augmenter leur budget réservé au tabac.

Ces données économiques sont valables aussi bien dans les pays développés que ceux en voie de développement. D’ailleurs, elles ont dissuadé les dirigeants étatiques de prendre les mesures nécessaires pour lutter contre le tabac. Pourtant, la Banque Mondiale affirme qu’elles ne sont pas fondées. D’ailleurs, 170 pays se sont engagés dans la lutte anti-tabac. Ils sont devenus partie prenante de la Convention-cadre de l’OMS. Il s’agit du premier traité négocié sous la direction de l’OMS, dans le cadre de la lutte anti-tabac.  Ils ont également appliqué toutes les mesures liées à la convention.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *