Les troubles du comportement et ses réalités

psy

La survenue du trouble du comportement est généralement inconsciente. On peut en souffrir pendant une courte période ou longtemps. Cela dépend de ses origines. Quand on est guéri, le syndrome disparaît comme il était apparu. Les cas graves existent.

La récurrence des troubles du comportement

C’est la manifestation de la gravité de la maladie. Soit le sujet souffrant exagère dans sa façon de faire, soit il commet des manquements. Ses attitudes excessives se présentent de deux façons. Ou bien, il ne se lasse de répéter le même acte, et cela, régulièrement et sans raison apparente. Ou bien, il accomplit l’acte avec une intensité qui dépasse les normes. En cas de manquement, la conduite de la victime du trouble du comportement est peu présente. Sinon, l’intensité de ses actes n’est pas suffisante parce qu’elle a tendance à se replier sur elle-même. En situation d’inhibition, elle veut s’isoler. Elle a peur de quelque chose qu’elle ne sait même pas, ou aussi d’une personne. Dans ce cas, rien ne vaut l’intervention d’un spécialiste. Où vous êtes, vous pouvez toujours en trouver. En Belgique, par exemple, quoique vous habitiez à Saint-Gilles, vous pouvez contacter un psychologue. Un psy à Saint-Gilles est accessible en ligne.

Les troubles du comportement à tous les stades de la vie

Les enfants sont vulnérables aux perturbations comportementales, tout comme les adolescents. Les seniors ne sont pas non plus épargnés. À chaque catégorie d’âges correspond ses symptômes.

L’enfant victime de troubles comportementaux fait des efforts pour s’affirmer en société. Malheureusement, son attitude est inadéquate. Non seulement il se montre agressif, mais il peut faire des fugues. Il peut mentir ou voler. Dépressif, il peut présenter des formes d’instabilité psychomotrice, sans oublier les troubles obsessionnels compulsifs.

L’adolescent est plus brutal. Il se replie sur lui-même, agit par fugue, vole et erre. Il se livre à des addictions. Il aime l’excès de vitesse quand il conduit. Sinon, il s’oppose aux normes établies. Colérique, il revendique ses actes, voire provoque son entourage. Il fait preuve d’agressivité envers lui-même et aussi à l’encontre d’autrui. Il a des difficultés à se socialiser. Les troubles du comportement alimentaires sont fréquents à cet âge. Dans les cas extrêmes, le sujet peut être amené à se suicider.

Les seniors, eux, peuvent être violents. Ils crient ou lancent brutalement des objets. Beaucoup se livrent à l’errance. Pour cette tranche d’âge, le trouble est en général lié à une maladie telle que la démence ou une tumeur au cerveau.

Quelques exemples de troubles du comportement

Examinons deux exemples. Ils concernent en général les jeunes, enfants et adolescents. Il s’agit de l’hyperactivité qui est un trouble du déficit de l’attention (TDAH) et du trouble de la conduite.

  • Le trouble du déficit de l’attention et l’hyperactivité

L’enfant, le jeune homme ou la jeune fille, ici, ne sont pas capables d’accomplir ce qu’ils font comme il faut. Ils ne le font pas intensément, parce qu’ils manquent d’attention. Agressifs, ils sont sujets à des agitations. Facilement débordés, ne contrôlant pas la situation, ils piquent des crises de colère. Ils se sentent souvent rejetés par la société.

  • Le trouble de la conduite

La jeune personne enfreint les règles. Son mot d’ordre est la désobéissance. Il ressent une envie folle de tout détruire. Il se montre méchant et se met facilement en colère. Aucune étude n’est parvenue à démontrer que ce trouble du comportement explique la délinquance juvénile. Cependant, il y a de fortes chances que de telles attitudes entraînent l’individu dans ce sens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *