Quelques conseils pour prévenir les troubles des conduites alimentaires

Troubles de conduite alimentaire

Les troubles des conduites alimentaires, aussi appelés troubles des comportements alimentaires (TCA), se caractérisent par une série de perturbations du comportement alimentaire auto-imposées. Ces troubles ont souvent un impact considérable sur la santé psychologique et physique des gens qui en souffrent. Ils touchent notamment les adolescents et les jeunes adultes et les plus connus d’entre eux sont l’anorexie et la boulimie. Mais quels sont les facteurs des TAC et comment les prévenir ?

Les causes et les facteurs de risques des TCA

Les troubles des conduites alimentaires (TCA) sont généralement des maladies multifactorielles et complexes. Leurs origines sont souvent psychologiques, biologiques, sociales et environnementales. Selon plusieurs études, certains agents génétiques et neurobiologiques entraînent l’apparition des TCA. Ces derniers peuvent aussi être causés par de nombreux facteurs psychologiques. En effet, quelques traits de personnalité tels que le perfectionnisme, le besoin de contrôle ou d’attention et la faible estime de soi se présentent fréquemment chez les personnes atteintes de TCA. De plus, des événements difficiles à vivre ou encore des traumatismes peuvent déclencher et aggraver le trouble. En outre, les TCA sont constamment liés avec d’autres troubles de santé mentale. Parmi ceux-ci, il y a la dépression, les troubles obsessionnels compulsifs, les troubles anxieux et l’abus de substances comme les drogues et l’alcool. Par ailleurs, les personnes souffrant de TCA sont capables de réguler leurs émotions altérées en adoptant le comportement alimentaire déviant.

Prise en charge médicamenteuse et nutritionnelle

Les TCA doivent être traités le plus rapidement, car ils sont souvent associés à une détresse psychologique considérable. Il arrive parfois que les personnes atteintes de TCA tentent de se suicider. En général, il est compliqué de guérir une anorexie mentale sans accompagnement. Pour soigner les TCA, on peut envisager, par exemple, la prescription de médicaments. Cliquez ici pour en savoir plus. D’après certaines études, la fluoxétine s’avère efficace pour combattre contre la dépression associée à l’anorexie. De plus, cet antidépresseur permet aux personnes anorexiques de conserver leur poids normal. On peut aussi prescrire des anxiolytiques (benzodiazépines) pour réduire l’anxiété qui envahit les anorexiques avant les repas. La prise en charge nutritionnelle s’avère aussi efficace pour traiter les TEC. En effet, la thérapie nutritionnelle permet à la personne anorexique de réapprendre à manger.

Les traitements ambulatoires et l’hospitalisation

En fonction de la gravité de l’anorexie, la prise en charge des TEC peut se dérouler à travers les soins ambulatoires plus ou moins intensifs. En outre, il se peut que le patient ne modifie pas son comportement, ne s’améliore pas lors du programme thérapeutique et encoure un danger vital comme une souffrance psychologique importante. Dans ces cas, une hospitalisation devient une démarche incontournable. À noter que plusieurs services hospitaliers garantissent une prise en charge de qualité qui a été construite avec le malade et sa famille. En plus d’accorder un temps de pause pour chacun, cette hospitalisation offre des programmes multiples. Parmi ceux-ci, on peut citer le plan nutritionnel adapté, les activités culturelles et culinaires, les entretiens thérapeutiques quotidiens, les groupes de parole, l’art-thérapie et le sport.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *